Un automne à Seattle

Un automne à Seattle

Susan Andersen

 

Whaouh! Tout d'abord sachez que ce livre était pour moi un challenge car je méprisais totalement la romance. Plus jeune, j'avais lu un roman " Blouse blanche" appartenant à ma maman. Et j'en étais écoeurée tellement c'était dégoulinant d'amour bien baveux et mielleux, avec en plus, aucune histoire de fond qui ait capté mon attention. Mais CE livre, est génial, il a su renverser mon opinion.

Image 7

 

L'histoire: Durant leur enfance, Jane Kaplinski et ses amies Poppy et Ava, se lient d'amitié avec une vieille Demoiselle incroyable. Une femme libérée, curieuse du monde et surtout une collectionneuse hors pairs car amatrice des belles choses comme les robes de créateurs, les bijoux, les objets précieux ou encore le linge de maison raffinné. Vient le jour où elle décède, laissant aux trois amies sa somptueuse propriété et tous ses biens, ormis la collection de bijoux et celle des robes de créateurs qui revient au musée à la condition que ce soit Jane qui s'occupe de l'exposition. Jane, qui est ferrue de son travail, se lance corps et âme dans cette exposition, pour rendre un dernier hommage à leur amie disparue. Pendant ce temps, Poppy engage la fratrie Kananagh pour restaurer cette magnifique demeure qui tombe progressivement en ruines. L'un d'entre eux, Devlin, ne laisse pas les trois amies indifférentes et encore moins Jane pour qui, pourtant l'amour, est bien le cadet de ses centres d'intérêt. Mais après tout, le dicton ne dit-il pas que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis?

 

Mes impressions: J'ai adoré ce livre qui m'a fait découvrir la romance autrement. Toutefois ce n'est pas un coup de coeur pour le côté prévisible tant sur le plan professionnel de Jane que sur le plan amoureux. Mais bon, passons... Car j'ai adoré plein d'autres points!

Tout d'abord, j'ai vraiment beaucoup aimé le personnage de Jane. Il m'a beaucoup touché et je me suis identifié à elle sur bien des points.

Jane est une jeune femme apparemment froide, austère, renfermée sur elle même. Son seul amour est son travail. Elle dresse des murs entre elle et les autres pour se protéger. Elle est marquée par son enfance et c'est touchant car on a envie de la protéger et de l'ammener à s'ouvrir sur le monde. Mais au fond, Jane est une passionnée, il brûle en elle un amour net et sincère de la vie. Et on voit qu'avec ses amies, elle est spontanée, aimante et qu'elle a le sens de la répartie. Mais ce côté là, elle le cache en particulier aux hommes car pour elle,la passion est mauvaise et n'apporte rien de bon. Pourtant, Devlin serait peut-être bien celui qui percera ses défenses pour la libérer de ses propres entraves.

Ensuite, j'ai adoré la famille Kavanagh, une famille d'irlandais aux liens fusionnels, le genre a accueillir tout le monde à bras ouverts. La bonté à l'état pur. C'est très beau, des gens simples, heureux de vivre. Et Devlin est un personnage extrêmement touchant. Sous ses airs brute de pomme c'est un homme intègre, gentil et sensible.

Et alors ce qui m'a fait littéralement succomber, c'est la passion. C'est le sentiment conducteur du roman. La plume de l'auteur est tellement efficace qu'elle nous maintient dans ce sentiment. Pas de niaiseries et de rondoudous. Non c'est l'amour, le vrai. L'amour passionnel, celui qui fait des étincelles qui crépitent en nous jusqu'à être visibles par l'extérieur et ça, j'adore. De mêmes que les scènes sexuelles sont gorgées de passion mais l'auteur a tellement été habile que cela ne choque pas le lecteur.

Et enfin, cerise sur le gâteau, c'est la toile de fond: le travail de Jane! Rien ne pouvait me faire plus plaisir. Le musée, les beaux objets avec leur histoire, la conservation... Et tout ça avec une pointe de rivalité professionnelle! 

Absolument parfait!

 

Ma note:9/10

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×